RENCONTRE AVEC NOTRE IMPRIMEUR : LA MAISON LE CALLENNEC !

Comment c'est fait ? La petite histoire d'un produit Nos fournisseurs

Pendant 5 ans, Bleu tango a fait imprimer ses motifs en Italie, à Bologne. Et puis cette saison, grande nouveauté, nous avons commencé à imprimer avec un fournisseur français !

La qualité est aussi top que chez les italiens, et ils sont en France, ce qui signifie un peu moins de transport. Nous travaillions déjà depuis 2 ans avec notre fournisseur de jacquard à Lyon, voici maintenant tout le textile réuni en France !

L'atelier qui imprime notre collection est situé en Provence et est très ancien : Il existe depuis la fin du 19è siècle bien qu’ayant changé de mains et évolué depuis. La Provence (et notamment Marseille) a une ancienne tradition d’impression textile qui a commencé avec l'appropriation de techniques importées des Indes à l'époque (Avec les fameuses "indiennes"!).


Je peux vous assurer qu'ils ont l'air moins sérieux en vrai ;-)

J'ai choisi de travailler avec la maison Le Callennec, fondée par Mickael et Eline... Ils dessinent des motifs (Eline) et font l'intermédiaire commercial (Mickael) avec leurs ateliers d'impression.
Ils s'assurent que l'impression sera optimale, les couleurs et la précision parfaites, les délais respectés (et Dieu sait que c'est compliqué dans ce métier !)... Si vous ne savez pas encore comment sont créés et imprimés nos motifs, rendez-vous ici : lien de l'article !

Vous allez voir, ils sont formidables ! Petite interview...

Bleu tango (BT) : Bonjour Mickael et Eline !
Pourquoi avoir lancé la maison Le Callennec ?

Maison Le Callennec (MLC) : L’élément déclencheur de notre lancement était de constater que pour les marques naissantes, pour les créateurs, débutants et confirmés, trouver le bon partenaire pour imprimer ses tissus pouvait s’avérer long, couteux et difficile.

Profitant de notre filiation dans le monde du textile français, nous avons décidé d’allier l’impression à la création de dessins. En perpétuant la tradition familiale, nous avions l’ambition d’offrir un savoir faire français, de la création à l’impression des tissus. Mais pour rendre l’impression textile plus accessible il manquait un élément crucial : la maîtrise du coût de production en France.

Pour fournir de petits volumes à des prix raisonnables nous avons donc développé un système de mutualisation. L’idée est de grouper les commandes d’impression sur des dates de production fixes, alignées sur le calendrier de la mode. Ainsi nous produisons des petits volumes en quantité.


Quand je prépare les échantillons de tissus pour que l'atelier ait une idée précise des couleurs que je souhaite !

En facilitant l’accès à une production local, plus agiles et plus respectueuse de l’environnement nous avons l’ambition de former des circuits courts qui encouragent la croissance de la création Française et Européenne.

La mode se réinvente dans le style autant que dans ses modes de production, de transformation et de distribution. Pour nous c’est une évidence qui prend tout son sens aujourd’hui. Alors à son échelle la Maison Le Callennec défend un modèle qui privilégie la qualité, l’inventivité et la particularité plutôt que l’accumulation de stocks dévalorisés et les marchés de masse.

Dans cette logique la Maison se développe avec une conscience écologique indispensable. C’est pourquoi nous croyons par exemple dans la pérennisation de fibres écologiques alternatives au coton, ou dans les techniques d’impression économiques en eau tel que l’impression numérique pigmentaire.

PETIT POINT SUR POURQUOI C'EST CHOUETTE L'IMPRESSION NUMÉRIQUE :-)

Mickael et Eline : L'utilisation d’encres pigmentaires en impression textile numérique est plus "propre” pour plusieurs raisons. 
D’abord la faible toxicité des encres en elles-mêmes qui sont à base d’eau. Mais aussi le processus de fixation car l’encre est simplement "thermo-fixée” après impression directe sur la base. C’est à dire qu'il suffit de chauffer pour que les pigments de couleur deviennent solidaires de la fibre. 
Ces techniques numériques ainsi que la sublimation restent moins gourmandes en eau et énergie que l’impression rotative, leur équivalent traditionnel.
 


L'impression numérique permet aussi de conserver un très haut de niveau de détail et toutes les nuances de l'aquarelle, contrairement aux autres techniques d'impression...

BT : Quelles techniques d'impression utilisez-vous ?

MLC : Nous travaillons principalement avec des techniques numériques, mais selon la demande nous faisons aussi appel à l’impression traditionnelle rotative et à la teinture, toujours en France. Nous développons en ce moment un pôle broderie qui complète cette offre.

BT : D’où proviennent les matières premières sur lesquelles vous imprimez ?

MLC : La majorité de nos matières sont tissées en union Européenne. Une partie de nos tissus et une partie de la production est certifiée standard 100 par OEKO TEX®.

  

 

 
Par exemple, cette saison Automne-Hiver 2018-19, TOUS les motifs de la collection ont été imprimées sur des matières (viscose et coton) fabriquées et tissées en France, oui oui !

BT : Qu’est ce que vous préférez dans votre métier ?

MLC : Fondamentalement nous partageons le goût de faire de jolies choses avec les acteurs de la mode qui nous entourent. C’est un plaisir esthétique dans la création de dessins, que ce soit en peinture, en aquarelle ou en illustration numérique mais aussi dans la production d’imprimés sur de belles matières.

Découvrir les créations de nos clients nous fait aussi vibrer. Nous faisons partie d’une scène très créative et dynamique. D’ailleurs, créer de nouveaux outils, de nouveaux modèles de fonctionnement pour la mode d’aujourd’hui rend cela très excitant.


Pour les curieux, Mickael et Eline sont ensemble aussi dans la vie et ont plein d'enfants :-)

BT : Et qu’est ce que vous avez fait avant !?!

MLC : Eline a grandi dans la mode. Elle a notamment fait ses armes chez Marie Katrantzou, Alexander McQueen à Londres puis Roger Vivier à Paris. Son savoir-faire trouve son origine dans la création de broderies en France. Une spécialisation rare qui s’est ensuite étendue au design textile avec la création d’imprimés pour l’impression traditionnelle et numérique.

Le parcours de Mickaël est plus atypique, il a d’abord été designer de produits et services avec des studios Londoniens puis s’est dirigé vers une carrière de directeur artistique dans la publicité. Ceci l’a amené à côtoyer des marques telles que Converse, Ugg et Addidas.

Merci Mickael et Eline !

Voilà ! J'espère que cette petite interview vous a intéressés ! Mickael et Eline, sont vraiment formidables, chaleureux et talentueux... Chez Bleu tango, on a la chance de travailler avec des fournisseurs qu'on adore et qui deviennent souvent des amis !

À bientôt,

Lou

Le joli site internet de la Maison Le Callennec : http://www.maisonlecallennec.fr

 



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés